Abd Al Malik, Conférence/Débat La Guerre des banlieues n'aura pas lieu

Publié le par Mélissa

abd-al-malik.jpg Une conférence de plus de deux heures, pour promouvoir son dernier livre la guerre des banlieues n'aura pas lieu, Abd el Malik nous relate son vécu lié à sa conversion spirituelle où il témoigne de l'importance de l'individu en temps que tel dans sa singularité non comme un assemblage de préjugés. 

 

Une réflexion très intéressante puisque engagée et dans une optique de dialogue avec son public. La première heure est consacré à sa vision des choses, les problèmes de société qu'il dénonce sans faire porter le chapeau forcément aux politques mais dans une réelle volonté de remise en question, et vers une quête de soi. 

Pour comprendre les maux en France et tenter de les résoudre il faut avant tout être en accord avec soi même et honnête envers ses intentions d'après ses dires. Une belle façon de dénoncer les échecs d'une politique de vivre ensemble puisque la responsabilité est rendu à chaque acteur. Un discours ponctué d'anecdotes qui crédibilisent son discours et permet à chacun de se resentir dans ses propos ou du moins les comprendre. 

 

Lorsque qu'il dénonce la peur comme vecteur de préjugés il a entièrement raison en mon sens. Ce n'est pas par la fermeté ou la radicalisation des politiques que l on construit une société du "vivre ensemble" puisque que le sentiment de peur est toujours présent ou enfoui, et donc ne résout en rien l'acception des différences car en réalité on s'en éloigne ... 

Puis, il intervient sur la question d'identité nationale qui je cite "aurait pu être un moment merveilleux, car il aurait permis à chacun de débattre sur sa vision de l'identité française". Un moment d'échange et de partage nécessaire et constructif. Mais défaillant car mal intentionné ou du moins un prétexte pour éloigner l'islam en France. C'est son ressenti, qu'on soit d'accord ou pas ses propos interpellent ... La preuve deux personnes dans le public sont intervenu ce soir là à Avignon, en deuxième partie de conférence pour dire qu'en réalité elles s'étaient posées la question mais qu'aujourd hui elles n'avaient toujours pas de réponses... Qui la détient ? Chacun de nous. Dans notre altérité c'est nous qui composons l'état français dans sa différence culturelle et religieuse qui est en réalité sa plus grande richesse. 

 

Il mentionne également l'importance de la complexité dans l'établissement d'une société multiculturelle, c'est en considérant tous les facteurs chacun dans leur spécificité qu'on construit quelque chose de positif. 

Un discours, un débat qui se veut idéaliste mais inévitablement constructif. En effet, chaque spectateur absorbe ses paroles et se les attribuent en les acquiesçant ou en n'étant pas d'accord. L'important n'est pas de savoir si l'on cautionne ses dires ou pas, l'important est d'en retenir sa philosophie de l'individu. C'est chaque être en tant que tel qui doit être considéré, et non une communauté présentant des similitudes que l'on doit jugé, qu'elles soit lié à l'origine, au statut social ou à la religion. 

Petit bémol, ses qualité oratoires sont évidentes et c'est certainement la raison pour laquelle il tient en haleine son auditoire du début à la fin. Cela peut être perçu comme une sorte de prêche notamment par ses nombreuses allusion à l'Islam, cependant son discours est centré sur la singularité de l'individu, à nous d'écouter ses paroles tout en gardant notre singularité et en respectant la sienne. 

 

Une très belle conférence, avec de vrais questions de fond et un début de solutions ...

Commenter cet article